Menu

De la musique à la vidéo

De la musique, de la radio, de la photo à la vidéo

En plus de créer de la musique, j’ai toujours été fan de jazz, de folk, de pop et de Motown. C’était l’héritage de mon papa qui avait une voix fabuleuse et qui aurait pu lui aussi développer une carrière musicale. En 1993, j’ai eu l’opportunité d’animer une émission de radio à propos de la musique Jazz à l’antenne de Radio-Canada en anglais (CBC), pendant un an. C’était l’occasion de me familiariser avec les fabuleux médias qu’est la radio.

Tout comme la musique, la photo et la vidéo a toujours fait partie de ma vie et s’est imposée de façon naturelle. J’ai toujours eu en tête l’importance de prendre des photos de tous les petits et grands moments de ma vie. Je m’en faisais pratiquement un principe depuis que j’étais adolescent. À l’époque où on faisait finir toutes les photos qu’on prenait, j’avoue avoir accumulé quelques boîtes de ces images de ma vie et de celles des gens qui ont eu une importance pour moi. Quand mon portefeuille me le permettait, je n’hésitais pas à me procurer une caméra qui pouvait répondre à mon besoin de prendre de belles photos.

Bien avant le numérique, j’ai donc appris les techniques de base de photographie par moi-même et à développer mes propres négatifs dans une chambre noir. Ce talent qu’on me disait que j’avais m’a d’ailleurs permis de gagner un peu ma vie à la fin des années 80, alors que j’ai travaillé pour une compagnie (Imabella) qui se spécialisait dans les portraits de famille. J’ai traversé la province de Québec et de l’Ontario avec ma caméra pour immortaliser des centaines de visages.

À travers ma carrière musicale d’auteur-compositeur-interprète et au sein du groupe Soul Attorneys, en ayant traversé le canada et les États-Unis et en faisant partie de tournées promotionnelles à la radio et à la télévision, j’ai été interviewé des centaines de fois par des journalistes, des animateurs, des chroniqueurs d’expérience. Pour me préparer à cette aventure, Sony Musique m’avait envoyé suivre des formations avec des spécialistes en relations publiques pour apprendre les techniques d’entrevues afin de garder le contrôle sur les propos transmis à ces spécialistes des communications et rester centré sur les messages à passer.
thumbnail

Étant quelqu’un qui observe beaucoup et qui apprend énormément de mes expériences, ces nombreuses entrevues furent une excellente école pour ce qui allait un jour faire partie de ma carrière de vidéaste ou j’allais poser moi-même des questions pour obtenir du bon contenu.

Cette passion pour la production vidéo est certainement née de mon grand intérêt pour le cinéma et pour les documentaires. J’aime voir et revoir des films, des séries et des grands reportages qui m’ont marqué autant pour leur histoire, leur scénario que pour leurs qualités cinématographiques. En achetant ma première caméra vidéo numérique, je n’ai pu m’empêcher d’apprendre à utiliser quelques logiciels de montage professionnel tout en lisant les manuels d’utilisateurs. Mon principe d’immortaliser sur photo les moments et les gens qui ont traversé  ma vie, s’est alors transposé pour la vidéo. Ce qui était un loisir est soudainement devenu mon gagne-pain, lorsque j’ai décidé de partir ma propre compagnie de production vidéo.

De fil et aiguille, je me suis retrouvé à travailler à temps plein pour une compagnie pour qui j’effectuais des contrats, une agence spécialisé en stratégie marketing, Image de Mark, pour laquelle j’ai travaillé 2 ans. Puis, suite à une restructuration j’ai dû reprendre mes activités avec ma compagnie et c’est en offrant mes services à l’École de cirque de Québec que j’ai également été engagé au sein de cette organisation.

Aujourd’hui, en plus de travailler à titre de coordonnateur audiovidéo et responsable du Web, pour l’École de cirque de Québec depuis 2011, je continu mes activités au sein de mon entreprise et offre mes services de compositeur, vidéaste, réalisateur et photographe. Et j’adore ça!

Share