Menu

À propos

thumbnail

Mon histoire commence à Tacoma, dans l’état de Washington, aux États-Unis. Je suis venu au monde sur la base militaire située dans cette ville, d’une mère canadienne francophone et d’un père anglophone afro-américain. Étant enfant de militaire, je n’ai passé seulement qu’un an de ma vie à Tacoma puis, j’ai déménagé avec toute ma famille à la base de McGuire, dans le New Jersey, où mon père a été muté.  J’y ai vécu jusqu’à l’âge de 7 ans. Quand mon père est devenu retraité des forces armées, nous avons déménagé à Québec, la ville native de ma mère. Jusqu’à l’âge de 18 ans, Québec était mon chez-moi, ma maison. Puis, de l’âge de 18 à 22 ans, j’ai dû aller vivre  à Lennoxville, où je poursuivais des études au Baccalauréat en économie et finances, à l’université Bishop. Je suis allée vivre ensuite à Montréal puis à Toronto, avec l’ambition de me forger une carrière dans le domaine dans lequel j’avais étudié.

Après avoir vécu diverses expériences professionnelles dans le domaine des affaires, je suis retourné chez mes parents à Québec, sans argent et sans réel plan d’avenir.  En 1993, un ami de longue date, Brian Tuppert, dont j’avais fait la connaissance à l’école secondaire (St. Patrick’s High School) est venu me voir avec un projet de musique que je ne pouvais refuser :

 

Cela représentait pour moi, un moment décisif de ce qui allait me définir plus tard. Brian ne le savait pas, mais il avait éveillé l’idée qu’il était tout à fait possible de vivre de notre créativité. C’est ainsi qu’en 1994, j’ai fait partie du band qui s’appelait Q City. Ce groupe était composé de Brian Tuppet (co-auteur), Pierre Curado (Claviers et programmation) et moi même (chanteur et auteur-compositeur). 

Q City devint ensuite Soul Attorneys qui fut composé d’Éric Filteau (Claviériste, programmation, co-auteur), Mathieu Dandurand  (guitariste, co-auteur) et moi-même (chanteur et auteur-compositeur).

Une énergie, une atmosphère et un profond désir de créer se sont développés entre nous quatre et nous a permis de remporter un disque d’or, au Canada, une nomination à l’ADISQ, 36 spectacles en permière partie d’une tournée avec Céline Dion et encore plus.

La création a toujours fait partie de ma vie.  Aussi loin que je puisse me souvenir, j’ai toujours travaillé sur des projets artistiques. Mes permières années ont été marquées par l’envie d’obtenir un diplôme universitaire.

Pendant plusieurs années, je me suis battu avec moi-même et mon côté créatif qui tentait de faire la bonne chose en poursuivant des études en finances.  J’ai bel et bien obtenu ce diplôme mais j’ai rapidement réalisé, en cours de chemin, que mon point fort n’était pas dans cette discipline. Je suis heureux aujourd’hui d’avoir ce diplôme en mains. Ce type d’éducation m’a donné les connaissances, la logique et les réflexes nécessaires quand il est question de finances que la plupart de mes pairs artistes ne possèdent pas. Mais ce domaine n’est pas ce pourquoi je suis sur Terre. Je suis né pour créer et c’est ce que je me suis rendu compte, bien heureusement.

 

D epuis ce jour où Brian Tuppert est venu me voir avec son projet de musique, j’ai réalisé beaucoup de projets musicaux. J’ai 4 albums à mon actif  (3 en anglais et 1 en français): beaucoup de maux de têtes, mais énormément de joie, de pur bonheur et d’émotions intenses.  Fort est de constater que ces expériences artistiques ont représenté tout une aventure ponctuée d’obstacles et de beaux moments. En faisant la somme de tout cela, ma carrière musicale en tant qu’auteur-compositeur-interprète a durée environ 14 ans avec comme conclusion mon dernier album solo en anglais, lancé en 2007, et qui s’appellait  »For ».

thumbnail

J’ai aimé chaque moment de cet épisode de ma vie. Mais, si j’analyse mon travail durant cette période en tant qu’auteur-compositeur-interprète, je restais après chaque album avec une sensation de malaise général non seulement par rapport à la musique mais aussi par rapport à tout ce que j’avais réalisé durant cette période. Quelque chose de plus ou moins agréable semblait ressortir, pour chaque album. Pour le premier album des Soul Attorneys, j’étais  »green » et naif. Pour le second album, J.Gaines and the Soul Attorneys, j’avais à m’adapter au fait que j’étais désormais en solo et je n’étais pas à l’aise de me retrouver seul. Le troisième album (l’album en français) était ce qu’il était. Le quatrième album était celui d’un artiste avec beaucoup d’expériences, bonnes et mauvaises, qui essayait de se redéfinir. J’ai pris le temps de réécouter tous ces albums et je grimace parfois à l’idée de certaines décisions que j’ai pu prendre. En même temps, je suis fier et je me considère très privilégié d’avoir été capable de réaliser tout cela. Huit de mes chansons se sont retrouvées dans le top 10 de différents palmarès et je suis très fier de ces chansons. Better Man, So they say, These are the days, Give a little love, Trace of Tracey sont parmi ces chansons que j’affiche avec fierté.

Cela dit, je suis passé à de nouvelles choses. Je crée maintenant des vidéos et de l’audio et très franchement, j’aime chaque minute passée à me plonger dans cette nouvelle passion. Ce site Web est ma façon de présenter et partager ces nouveaux projets que je réalise. Bonne navigation!

 

 

 

Share